samedi 30 juin 2018

Capricorne vs Cancer : L'histoire de Françoise Hardy (PopMatters) - (4ème extrait)

Parmi les nombreuses questions du désespoir des singes, une se détache: « Je me suis souvent demandé, » médite-t-elle dans un passage sur sa vie amoureuse, « si j'aurais été mieux lotie si j'avais été assez équilibrée pour satisfaire mes propres besoins avant de satisfaire ceux de mes partenaires, plutôt que de passer ma vie à compenser mes frustrations ridicules en créant des chansons.. " Dans ses mots, se trouve une question qui a pris de l'ampleur depuis que le tout premier amant a écrit la toute première chanson d'amour, depuis aussi longtemps que les êtres humains ont sublimé leur souffrance et l'ont façonnée en grand art. Distillée à elle-même, sa question est : Cela vaut-il la peine ?
Il ne devrait pas être considéré comme impensable que l'on puisse retirer des connaissances utiles et des reliques sacrées de la folie astrologique et de l'impiété ... Dans cet énorme tas de vers de terre, on trouve des vers à soie ; et, finalement, de ce tas de fumier nauséabond, une poule diligente peut parvenir de temps à autre à dénicher une graine de grain, voire même une perle ou une pépite d'or. - Johannes Kepler
L'astrologie est une méthode qu'elle a trouvée pour trouver des réponses. Mais peut-être que tout est superposé. Avec autant de planètes qui se déplacent dans le ciel, tant de textes pour interpréter ce que signifient leurs "transits", est-ce que les adeptes ne sont-ils pas simplement en train de choisir dans leurs horoscopes seulement les passages vaguement formulés qui leur sont applicables, sans tenir compte du reste ?

Elle ne va pas trop loin. "Je me méfie des astrologues en général", nous disent ses mémoires, "et de l'astrologie prédictive en particulier." Son intérêt relève davantage de l'exercice philosophique. Elle voit ces graphiques, ces transits, ces éléments, comme des outils de cadrage. Comme le reste de ses recherches philosophiques, ce sont des moyens pour agencer les éléments disparates de sa réalité, pour établir l'ordre et la signification des événements de sa vie qu'elle ne parviendrait pas à distinguer autrement.

28 octobre 1962: Transit de Mercure en conjonction avec la Lune natale
C'est le meilleur moment pour exprimer vos sentiments et vos émotions ... Avec ce transit, vous vous sentez obligé à communiquer à tous les niveaux, pas seulement avec votre esprit ... Les distinctions logiques ne vous intéressent pas beaucoup en ce moment ... Vous voulez savoir ce que les gens ont en commun plutôt que ce qui les rend différents, et vous rechercherez une approche pouvant être partagée avec tout le monde. - Robert Hand, Planètes en transit (Para Research, 1976)
Un dimanche soir, à l'automne, une jeune fille yéyé de Paris, jeune et mignonne, avec quelques titres aux ventes modestes, est apparue à la télévision française pour chanter sa ballade amoureuse adolescente "Tous les garçons et les filles". Une apparition à la télévision est un événement assez important pour un artiste, mais il se trouve que le public français avait voté ce jour-là pour un référendum historique, et, cette nuit là, toute la France était à l'écoute de la seule chaîne du pays pour le décompte des voix. Une nation divisée sur le plan politique était apparemment unanime à reconnaître la solitude d'une adolescente sans attaches ; "Tous les garçons et les filles" rencontra le succès du jour au lendemain.



La succession de succès qui suivirent ('La maison ou j'ai grandi', 'Ma jeunesse pour le camp', et plus encore) la vit devenir un nom connu dans le monde entier. Son sens du style et sa figure de mode des années 60 en ont fait autant une icône de la mode qu'une vedette de la musique-business. Mais aussi glamour que devienne sa vie professionnelle, aussi prestigieuse ses romances (d'abord avec le photographe pop Jean-Marie Périer, et plus tard, pendant des décennies, avec le chanteur Jacques Dutronc), le style de vie des célébrités ne lui plaisait pas. Même chanter devant un public en direct ne lui a pas donné la joie d'une interprète. « Ma première et unique ambition était d'enregistrer », écrit-elle, « et c'était la seule chose qui m'intéressait vraiment : la scène, les séances photo, les émissions, les interviews étaient autant de corvées dont je pouvais vraiment me passer." Vers la fin des années soixante, elle a cessé de se produire en public.

Texte original :

Among the many in The Despair of Monkeys, one question stands out: "I have often wondered," she muses in a passage about her love life, "if I would have been better off if I had been balanced enough to put satisfying my own needs ahead of satisfying those of my partners, rather than spending my life compensating for my ridiculous frustrations by creating songs." Within her words sits a question that has reared its head since the very first lover wrote the very first torch song, for as long as human beings have taken their suffering and fashioned it into great art. Distilled, her question to herself is: Vaut-il la peine? Is it worth the pain? It should not be considered unbelievable that one can retrieve useful knowledge and sacred relics from astrological folly and godlessness... In this enormous heap of worm-castings there are silk-worms to be found; and, finally, out of this foul-smelling dung-heap a diligent hen can scratch up an occasional grain-seed -- indeed, even a pearl or a gold nugget. -- Johannes Kepler Astrology is one method she's found for finding answers. But maybe it's all bunk. With so many planets moving through the sky, so many texts for interpreting what their 'transits' mean, aren't believers merely cherry-picking from their horoscopes only those vaguely-worded passages that happen to apply to them, and disregarding the rest? She doesn't go overboard. "I distrust astrologers in general," her memoir tells us, "and predictive astrology in particular." Her interest is more of a philosophical exercise. She sees these charts, these transits, these aspects, as framing tools. Like the rest of her philosophical pursuits, they are ways of arranging the disparate elements of her reality, of establishing order and meaning to events in her life where otherwise she might see none. 28 October 1962: Transiting Mercury Conjunct Natal Moon This is the best possible time to express your feelings and emotions… With this transit you have to communicate on all levels, not just with your mind… Logical distinctions do not interest you very much at this time… You want to know what people have in common rather than what makes them different, and you will seek an understanding that you can share with everyone. -- Robert Hand, Planets in Transit (Para Research, 1976) On a Sunday evening in autumn, a sweet, lanky young yé-yé girl from Paris, with a couple of modest-selling singles to her name, appeared on French television to sing her lovelorn teen ballad 'Tous les garçons et les filles' ['All the Boys and Girls']. A TV appearance is a big enough event for an artist on its own, but it just so happened that the French public had voted that day in a landmark referendum, and all of France was tuned into the country's only station that night, while they waited for the vote tally to come in. A nation divided in politics was apparently unanimous in recognizing the loneliness of an unattached teenager; 'Tous les garçons et les filles' became a smash hit overnight. The parade of hits that followed ('La maison ou j'ai grandi', 'Ma jeunesse fout le camp', and more) saw her become a household name around the world. Her sense of style and '60s-era model figure made her as much an icon of fashion as a music-business star. But as glamorous as her professional life became, as high profile as her romances were (first with pop photographer Jean-Marie Périer, and later, for decades, with singer Jacques Dutronc), the celebrity lifestyle held no appeal to her. Even singing in front of a live audience gave her none of the joy a performer ought to feel. "My first and only ambition had been to record," she writes, "and this was the only thing that truly interested me. The stage, the photo sessions, the programs, the interviews were all so much drudgery that I really could do without." Around the close of the sixties, she stopped performing live.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire