mardi 24 décembre 2013

Françoise Hardy dans Record Collector (Mai 2013 - 2ème extrait)

En mai 2013, Jason Draper rédigeait une critique portant à la fois sur la compilation Midnight Blues et sur l'album L'amour fou.

La compilation se termine avec Let my name be sorrow de 1972, et un lien direct peut être tissé entre la lamentation du piano et la grandeur retenue de L'amour fou. A présent, agréablement mature, la voix de Hardy possède toute la gravité requise pour les nouvelles chansons, comme les titres Mal au cœur et Rendez-vous dans une autre vie. Même si les chansons ont été en partie écrites en réponse à une suite de situations fictionnelles, Hardy en a travaillé les textes. Les arrangements de Thierry Stremler, collaborateur de longue date, donnent à l'album une qualité cinématographique, avec des clins d’œil à Jean-Claude Vannier, collaborateur du passé. Le "Cheval fou" qu'elle propose en piste titre aurait pu être de nature dévastatrice, destructrice, mais ce retour devrait déclencher une dévotion plus saine de la part des hommes et des femmes qui ont grandi avec la chanteuse iconique.

Françoise Hardy

Texte d'origine : "The collection closes out on 1972's Let my name be sorrow, and a direct line can be drawn between that piano lament and L'amour fou's retained grandeur. Now suitably aged, Hardy's voice has all the gravitas required of the new songs, whose titles translate into the likes of "Sick heart" and "Meet you in another life". Though the songs were written partly in response to a collection of fictionnal writings, Hardy has been working on, longtime collaborator Thierry Stremler's arrangements give the album a filmic quality, with nods to Hardy's past collaborator Jean-Claude Vannier. The "crazy horse" she addresses in the title track might be of the all-consuming, destructive kind, though this return should ignite a healthier devotion for the men and women who've grown up with the iconic chanteuse".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire