mardi 22 mai 2012

Françoise Hardy parle cinéma pour Première (5ème partie)

Pour le numéro de Septembre 1990, le magazine Première donnait la parole à Françoise Hardy pour qu'elle donne son avis sur quelques films d'hier et d'aujourd'hui.

Détective de Jean-Luc Godard (1985)
Je l'ai vu, mais le problème avec Godard, c'est qu'on a l'impression que, si on voit un de ses films, on les a tous vus. On les mélange. Comme ils ne sont jamais structurés de façon "classique", voire qu'il n'y a aucune structure, on a le sentiment que c'est n'importe quoi ! [Rire.] Sauf "Une femme mariée" qui est le Godard qui m'a vraiment touchée. "Détective", il est comme les autres, peut-être un petit peu mieux. Et Johnny Hallyday, à ma grande surprise, s'en sortait pas mal.

Détective - Bonnie and Clyde

Bonnie and Clyde d'Arthur Penn (1968)
Je me souviens qu'à l'époque ça m'avait époustouflée. De toute façon, j'ai toujours prêté beaucoup d'attention à Arthur Penn parce que c'est un des réalisateurs préférés de Jean-Marie [Périer] et il a très bon goût en général. Il y a un rythme d'une rapidité tout à fait extraordinaire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire