mardi 9 août 2011

Françoise Hardy répond aux astro PLUMES (5ème partie)

Pour la sortie de son livre Les rythmes du zodiaque, Françoise Hardy acceptait en 2003 de répondre aux questions de l'astrologue Anne-Marie Louis-Turbil pour le compte des astro PLUMES (fédération des astrologues francophones).

Anne-Marie Louis-Turbil : « Que signifie le profil adapté ou inadapté du signe ? Est-ce le nouveau langage de l'astrologie moderne, pour dire que l'on vit son signe de manière positive ou négative ? »

Françoise Hardy : « Le pôle dominant (jour ou présence) d'un signe et la façon dont il domine (augmente-t-il ou diminue-t-il ? Sa différence de durée d'avec le pôle dominé est-elle minimale, moyenne ou maximale ?) renseignent sur la façon de s'adapter au monde. À l'inverse, le pôle dominé et la façon dont il est dominé, informent sur les éventuelles difficultés d'adaptation. Par exemple, le natif des Gémeaux, signe du jour le plus long qui continue d'augmenter, s'adapte au monde grâce à son ouverture tous azimuts aux sollicitations extérieures, à sa facilité à passer de l'une à l'autre ou à les regrouper. Sa nuit la plus courte et qui diminue encore, montre à la fois sa difficulté à s'abstraire des sollicitations extérieures, sa propension à tout mélanger, son manque de freins, de recul ainsi que de socialité. » 



Anne-Marie Louis-Turbil : « À propos du Taureau, par exemple, dans la phase profil inadapté, page 52 : " L'astrologie moderne désigne par phase paradoxale, la susceptibilité disproportionnée et les comportements irrationnels qui en résultent." »

Françoise Hardy : « Au Taureau, l'écart moyen entre le jour dominant et croissant et la nuit, donne au positif le sens des rapports de force : l'adapté du signe perçoit dans quelles proportions un pôle domine un autre et compose en conséquence. Au négatif, tout se passe comme si l'inadapté n'arrivait à se focaliser que sur le fait qu'un pôle domine nettement l'autre ou est nettement dominé par lui. Il perd le sens des proportions et ne dose plus correctement les rapports de force auxquels il est sensibilisé : il réagit de façon paradoxale, c'est-à-dire trop forte à des signes mineurs en rapport avec son objet d'élection et trop faibles à des signes majeurs en rapport avec le reste... »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire